Friday, 5 July 2013

WFD Implementation Problems - The Ebro (2)

A "WATER BUBBLE" - European environmental legislation, benefitting only a few construction and water supply companies at a high price for society and nature. Spain has experienced already the negative effects of the so called “construction  bubble”, which led the country to a profound economical and social crisis. We experience the same dynamics in waterworks: in the Ebro basin many new irrigation channels and new dams are being constructed. These infrastructures will increase water extraction without taking into account environmental flows vital for the Ebro Delta region, nor the efects of climate change on water availability. Spanish government is pushing waterworks to completion before the approval of the Ebro River Basin Management Plan (RBMP). They aim to comply with “aquired commitments” with farmers/users and to enforce “fait accompli” policies, distorting WFD goals. The measures included in the RBMP draft on the table today are de facto impeding environmental flows to be implemented and directly obstruct environmental objectives.

Economic Fraud – If the Ebro RBMP is not rectified before being passed, a huge amount of European funds will be spend on economically unviable proyects, as many other cases show. For example, the Segarra Garrigues irrigation channel has created a huge public debt: overdimensioned and in a SPAB area, it is not able to involve the farmers liable for the water tariff, which was also set too low (cost recovery <10%). The companies who invested in this channel are claiming their returns as established in their tender contracts, but the government is bankrupt. Therefore a water bank is now proposed, in order to sell the irrigation water to the Barcelona Metropolitan Region, involving private water supply corporations on both sides of the pipe. European public money intended to enhance rural development is now going to feed speculative water trading via interbasin transfers

Citizen participation - Currently no RBMP for the River Ebro has been passed for the first cycle (2009-20015), but the government has already announced the revision process for the second cycle (2015-2021). How is this possible? What are we going to review? No data are available to establish any real evaluation on the Plan of Measures, nor on the evolution of water bodies’ status as water quality monitoring and control programmes are now shut down due to lack of funding.
Since the year 2000,  we, the Ebro citizens, have used all the instruments made availale by Europe and Spain in order to be active participants in the development of the River Ebro management policies. Unfortunately we find the same obstacles over and over again: no transparency, no access to relevant information and non of our contributions have been taken in account. If this doesn’t change, citizens will not believe it is worth participating in any future act on the WFD calendar.

NHP - The Spanish government is preparing a “repeat” of the national water policy already discredited by the EU in 2000: the National Hydrologic Plan was rejected by the EU because of its effects on the Ebro Delta, but today we find almost exactly the same plan about to be put back on the table by the Ebro RBMP draft and by the political declarations of the Ministery with constant references to “re-distributing water resources”. As a matter of fact, the RBMPs of the rivers involved in most significant waterworks are precisely those which have still not been passed, inter alia, because they’re difficult to justify under the required WFD principles.

PETITION 0938/2012 - Given this, the social movement, the Plataforma en Defensa de l’Ebre (Ebro defense group) and Coordinadora Anti-transvasaments have presented Petition 0938/2012 to the European Parliament which we will be defending in a Parliamentary session on Tuesday 9th July (
The technical background of this petition indicates the infringement of, at least, the following directives: 2000/60/CE WFD, 79/409/CEE Birds, 92/43/CEE Habitat, 2005/35/EC Environmental liability, 2001/42/CE EIA, 91/676/CEE Nitrates, 2008/56/CE Sea

Thursday, 6 June 2013

WFD Implementation Problems - the Ebro (1)

THE EBRO - The River Ebro is the third longest river in the Mediterranean, after the Rhone and the Nile, passing through 9 nine Autonomous Communities before flowing into the Mediterranean sea where it forms the Ebro Delta (Catalonia).
The intense use of its water throughout the Ebro Basin puts the river under strong pressure and affects its ecological functionality. The Delta is the most vulnerable part of the river, altered by the drastic reduction of water and sediment flows. 
Most of the Delta is a National Park, recognized as being of International Importance by the Ramsar Convention. It is a Special Protection Area for Birds (SPAB - 79/409/CEE), a Community Interest Area (CIA - 85/337/EEC) and, furthermore, it is currently under review to be declared a Biosphere Reserve (UNESCO).

The Spanish government is deliberately avoiding the Water Framework Directive objectives.
Social groups and other interested actors in the lower Ebro river basin have worked intensely over the last 10 years in an attempt to ensure that the Water Framework Directive is implemented correctly with regards to the new River Basin Plan, to guarantee future quality and availability of water resources.
However, we have come up time and time again against the lack of will of the Spanish administration to comply with the Directive, with serious delays on the planned schedule leading to legal action and fines being placed against Spain[1].

Public declarations by the Spanish Agriculture and Environment Minister, and by irrigation farming communities, show that the “hidden agenda” of the government is to continue the present policy of water offer to the highest bidders, ignoring the WFD’s idea to set minimum flows for rivers before “sharing out” the water. 
Yet one more of our concerns is the over-allocation of the river’s resources as seen in the Blueprint report. We believe the Spanish government must review and modify retroactively each and every water concession which would, otherwise, make the environmental objectives of the WFD unattainable. These water rights are illegitimate as they have not taken into account the necessary conditions of environmental river flows as stipulated in EU Directives. This repeated awarding of water concessions goes against the aim of a sustainable plan for the Ebro, and will make it extremely complicated to fulfill these aims in the future.

ECONOMIC FRAUD  - This River Basin Plan (RBMP) will cost Spanish citizens about 800 M€/year for the 6 year period of this plan, but no cost-benefit analysis has been made, so it is impossible to know if any of these investments will effectively improve environmental quality in the basin or who is really benefitting from them. Economic accounts are extremely obscure, as the RBMP admits: “in many cases the identification of costs and revenues in the Ebro Basin are a mere estimation”. They also state that “the proliferation of public and private companies involved in water management in the basin, are an obstacle for the transparency of accountability of investments”.
As a consequence, cost recovery is just as obscure as the general accounts. Estimated data in the RBMP is not realistic and according to our analysis this is actually limited to less than 10% of real investment costs. No auditing is ever done to verify if public money is properly spent and we detected different accounting “tricks” which overrate infrastructure’s yields and undervalues their total cost.
Indeed, environmental costs are identified as the costs of environmental measures, which lead to false figures, “end of the pipe” solutions and does not identify the actors who determine the pressures. Therefore, this RBMP doesn’t respect the “polluter pays” principle nor does it use economic tools to enhance environmentally better practices in the Basin.

PETITION 0938/2012 - Given this, the social movement, the Plataforma en Defensa de l’Ebre (Ebro defense group) and Coordinadora Anti-transvasaments have presented Petition 0938/2012 to the European Parliament[2]and we hope to be able to defend this Petition in a Parliamentary session in the upcoming weeks/months.
The technical background of this petition indicates the infringement of, at least, the following directives: 2000/60/CE WFD, 79/409/CEE Birds, 92/43/CEE Habitat, 2005/35/EC Environmental liability, 2001/42/CE EIA, 91/676/CEE Nitrates, 2008/56/CE Sea

The Euorpean Parliament accepted our petition passing it on to the Commission for analysis, which states that it is aware of Spanish infringement on RBMP publication and recognizes the importance of environmental flows, but explains that potential violations may be evaluated only after adoption and reporting of the RBMP.
In our vision this is an unnecessary and inefficient waste of the Commission's time and resources, as it allows the Spanish government to gain time for “fait accompli” policies, i.e. infrastructures and water concessions which go against WFD objectives will be finished before the Plan’s publication.

Prevention is better and easier than curing!
Therefore we ask you, Members of the European Parliament to take political action BEFORE the Ebro RBMP’s approval. Now is the time for the European Commission to intervene, with a direct control over the elaboration of this Basin Plan - ensuring a correct Plan and that no un-repairable damage is carried out in the meantime.
 The Ebro and both its environmental social impact make it the biggest “test case” for all European rivers and this battle is key to the future credibility of European environmental policies.

Soutien au defi de l'Ebre


La Rivière

L'Ebre est un des plus longs fleuves d' Espagne avec 930 kms de long et un bassin de 86 100 kms2. Il prend sa source à Fontibre (Cantabrie) et traverse 9 Communautés autonomes avant de se jeter dans la Méditerranée par le Delta de l'Ebre (Catalogne). C'est le troisième plus grand fleuve de la Méditerranée, après le Rhône et le Nil.
Sa richesse écologique est reconnue aux niveaux national et international. La majeure partie du Delta est un Parc National, reconnu pour son importance internationale par la Convention Ramsar. C'est une Zone de Protection Spéciale pour les Oiseaux  (Special Protection Area for Birds (SPAB -
79/409/CEE), une Zone d'Intérêt Communautaire (Community Interest Area (CIA - 85/337/EEC) et, de plus, une procédure est en cours pour le déclarer Réserve de la Biosphère (Biosphere Reserve (UNESCO).

Les Problématiques

Désastre Environnemental

L'exploitation intensive de sa ressource en eau dans l'ensemble de son Bassin soumet le fleuve à une forte pression et affecte sa fonctionnalité écologique. Le Delta est la partie la plus vulnérable du fleuve, altérée par une réduction drastique de son alimentation en eau et du flux des sédiments. Ceci accélère la dégradation de la qualité de l'eau, avec des épisodes de pollution sévères, d'anoxie et de salinisation qui provoquent de graves déséquilibres dans son écosystème naturel. La perte de biodiversité favorise le développement d'espèces invasives, ainsi que la détérioration et la disparition de toutes sortes de formes de vie dans les zones humides, les eaux côtières et la mer.
Actuellement, plus de 90% des sédiments du Bassin sont retenus derrière les barrages en amont. Ce manque d'apports de sédiments provoque un important problème de régression et d'affaissement du Delta. Une recherche élaborée par le Ministère d'Espagne et le Gouvernement de Catalogne montre clairement que la perte de surface du Delta, ainsi que l'élévation du niveau de la mer due au changement climatique, aggravent les effets du manque de sédiments.

Cependant, le projet du Plan d'Aménagement du Bassin de l'Ebre (Ebro River Basin Management Plan-RBMP) présenté actuellement, ne propose aucune mesure efficace pour améliorer la situation, ni aucune surveillance sur l'évolution des conditions écologique d'évolution. Il enfreint ainsi presque toute la législation environnementale en vigueur.  

Manque de démocratie

Les neufs Communautés autonomes concernées ne s'engagent pas dans une gestion durable et intégrée du bassin. Au contraire, elles encouragent une demande illimitée d'exploitation de l'eau pour de nouvelles zones d'irrigation et pour des usages non-durables, sans prendre en compte les nécessités écologiques du fleuve.
Les amendements concernant en particulier l'Environnement dans le projet du Plan d'Aménagement (RBMP) ne sont pas pris en compte et les décisions ont été prises selon les intérêts économiques et politiques d'une minorité.
En fait, le lobby agro-industriel est extrêmement fort et agressif dans le Bassin du fleuve car plus de 90% de son eau sont utilisés pour l'irrigation. D'énormes intérêts poussent au développement de canaux d'irrigation pour satisfaire les besoins en eau de cultures intensives très polluantes et transgéniques.
L'Autorité de l'Eau du Bassin de l'Ebre continue à maintenir une structure basée sur l'irrigation, comme elle fut établie il y a un siècle. Elle est très active auprès du Ministère de l'Environnement Espagnol :
celui-ci intègre dans le Plan d'Aménagement (RBMP) toutes les demandes et exigences de ce groupe d'intéret sans aucune rigueur technique ou légale.

Fraude Economique

Ce Plan d'Aménagemnt (RBMP) coûterait aux citoyens espagnols près 800 M€/an pendant les 6 ans de durée de ce Plan, mais aucune analyse coût-bénéfice n'a été réalisée. Il est impossible ainsi de savoir si ces investissements vont améliorer effectivement la qualité environnementale du bassin ou qui en sera le véritable bénéficiaire.
Les comptes sont extrêmement obscurs, comme le RBMP l'admet lui-même : “dans de nombreux cas, l'identification des coûts et des recettes est une simple estimation”. Il reconnait aussi que “la prolifération de sociétés publiques et privées concernées par l'aménagement du bassin est un obstacle à la transparence pour la comptabilité des investissements.”

Par conséquent, le recouvrement des dépenses est tout aussi obscur que les comptes généraux. Les données estimatives du RBMP ne sont pas réalistes et selon notre analyse, il est en fait limité à moins de 10% des coûts d'investissements réels. Aucun audit n'a été fait pour vérifier si l'argent public est correctement dépensé et nous avons détecté différentes “astuces” comptables qui surestiment le rendement de certaines infrastructures et surévaluent leur coût total.
En effet, les coûts environnementaux sont définis comme des coûts de mesures environnementales, ce qui  amène à des montants faussés, des solutions de “bout de chandelles” et ne permet pas d'identifier les acteurs qui font pression. De plus, ce RBMP ne respecte pas le principe du “pollueur-payeur” et n'utilise aucun outil économique pour favoriser de meilleures pratiques environnementales dans le Bassin.

Incohérence technique

Le nouveau Plan RMBP admet une réduction moyenne d'environ 15% du débit naturel du fleuve Ebro pendant les 25 dernières années, causée par les effets combinés du changement climatique et des nouvelles utilisations des terres.
Malgré cette évidence, les effets du changement climatique sont encore sous-estimés dans ce plan, qui prévoit une réduction de 5% (H-2027) du débit d'eau douce, alors qu'une recherche menée avec une  compétence équivalente prévoit des réductions de 10 à 20%.
Ces données sont en contradiction avec le programme des mesures du Plan, qui prévoit de développer 445 000 Ha de nouvelles terres irriguées (en étendant ainsi les 900 000 Ha déjà existants). Ceci entrainerait à la fois une demande future en eau de 3 000 Hm3/an et la construction de nouveaux barrages d'une capacité de 2 000 Hm3.
Au nom de l' “efficience”, et financé comme des “mesures environnementales”, le Plan d'Aménagement du Bassin de l'Ebre prévoit la modernisation 430 493.44 Ha d'irrigation, ce qui pourait être intéressant si cela aidait à récupérer les débits environnementaux. Au contraire, notre expérience sur l'observation des procédés de modernisation durant les 10 dernières années montrent que les débits retrouvés sont utilisés pour amplifier les systèmes d'irrigations sous pression sur des terres auparavant alimentées par l'eau de pluie. Ces procédés sont hautement subventionnés par des fonds publiques, même si les infrastructures d'irrigation existantes ont prouvé que les fermes de petites tailles et plus durables ne profitent pas de ces investissements, à cause de leur coût élevé en énergie et des changements dans l'économie des exploitations.
Ceci n'est qu'un exemple. Dans notre blog, vous trouverez une importante analyse technique et scientifique qui identifie une liste remarquable de données prouvant que les mesures du Plan ne sont pas cohérentes avec des objectifs environnementaux et bénéficieront seulement aux acteurs impliqués dans la construction d'infrastructures “grises”. Avons-nous encore besoin d'agrandir la “bulle” de béton en Espagne ?

La résistance de la Population
La population de la Basse Vallée de l'Ebre en Catalogne a mené une campagne pour protéger le fleuve et son Delta depuis les années 1970. Beaucoup de menaces ont pesé sur la rivière et son écosystème, menaçant à son tour la population locale, dépendante de l'Ebre pour ses moyens de subsistance et ses conditions de vie.
En 2000, dans le but d'arrêter le fameux Plan National Hydrologique du Gouvernement espagnol (NHP, 2000-2004), les citoyens locaux ont décidé de former un mouvement social : la Plateforme de Défense de l'Ebre (PDE), regroupant une grande diversité de personnes, de nombreuses associations locales, sans adhésion officielle ni hiérarchie. C'est une formation de volontaires qui croient pouvoir défendre leur fleuve et ses zones naturelles. Des milliers de personnes ont donné ce qu'elles ont pu pour soutenir cette cause  : en manifestant, en écrivant, en préparant des bannières, en trouvant des fonds, en élaborant des rapports scientifiques, etc... Durant cette campagne contre l'énorme transfert d'eau prévu (vers le sud du pays) dans le Plan Hydrologique National, 15 000 manifestants ont défilé à Bruxelles le 9 septembre 2001.

"No passarán !" Ces problèmes ne sont pas simplement Catalans, mais aussi Européens. Le Delta de l'Ebre est l'une des plus importantes et l'une des plus fragiles zone naturelle du Sud-ouest de l'Europe. Sa disparition serait une bien triste démonstration de la politique de protection environnementale de l'Union Européenne.

La stratégie

Le manque de volonté politique à considérer les politiques de protection de l'eau comme une contrainte aux autres politiques sectorielles, ainsi que la surestimation des débits d'eau disponibles, nous mènent à une situation chronique de pénurie, suscitant de plus en plus de conflits liés à l'eau dans la région.
Le Plan d'Aménagement de l'Ebre (RBMP) a déjà deux ans de retard. Après avoir lu la copie du projet, nous croyons fermement que le gouvernement tente d'ignorer la législation environnementale européenne et continue à appliquer sa traditionnelle politique du “fait accompli”.
La Court de Justice de l'Union Européenne a condamné l'Espagne pour le retard dans l'élaboration de son Plan d'Aménagement-RBMP. Nous voulons renforcer ce procédé en appelant les autorités espagnoles à prendre leurs responsabilités. Quand le Plan d'Aménagement sera porté devant la Commission Européenne pour son évaluation, nous voulons que toutes les personnes concernées sachent ce qui se passe dans le Bassin de l'Ebre et favorisent la réalisation d'un meilleur plan d'aménagement pour 2015-2021.

Les trois derniers mois, nous avons recueilli plus de 11 000 signatures. Nous les avons présentées devant la Commission et jointes à notre Pétition (0938- 12) au Parlement Européen leur demandant d'agir de manière directe pour s'assurer que la législation européenne est appliquée correctement.
L'analyse technique et juridique de la copie du projet du Plan nous fournit une argumentation extrêmement documentée pour défendre notre position et soutenir notre pétition.

Votre soutien !
Nous vous invitons à nous rejoindre...
Merci de vous tenir informé de nos actions et informations sur ce blog.
Merci aussi de diffuser cette cause à vos contacts et vos organisations.
Nous avons besoin du soutien de mouvements sociaux et d'Ongs à Bruxelles afin d'éviter que les Institutions Européennes n'approuvent cette mauvaise gestion des rivières, que ce soit pour le fleuve Ebre ou ailleurs.
Si nous sauvons le Delta de l'Ebre de la destruction, ce sera un exemple fort pour d'autres bassins car nous savons que nous partageons les mêmes problèmes, notamment dans la zone de la Méditerranée.

Merci d'apporter votre soutien à notre pétition ici.
(Bientôt nous aurons un lien vers un formulaire de soutien)
N'hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez venir visiter le Delta et profiter de ses merveilles !

(Translation; Valerie Valette, Coordination Eau Bien Commun Rhône Alpes)